Critical World
Thinking Globalization Through Popular Culture
Bambinga FARDC
Categories: Publications

 

 

For Love of Country: Generation and Genre in Popular Music Videos in Kinshasa, D.R. Congo

« Bambinga FARDC », one of hundreds of music videos that are produced every year in Kinshasa (Democratic Republic of Congo), is remarkable not only because it explicitly references politics, something which is extremely rare in the popular dance music in Kinshasa.  But it is also interesting because it taps into recent traditions of commercialized praise-singing (known locally as libanga), without submitting to the authority of the state.  In the Congolese blogosphère this music video was accused of being « rumba propaganda », but in Kinshasa the debate around the song raises questions about what happened behind the scenes, revealing a certain inter-generational tension with regards to the equitable distribution of ressources by the state.  In this text I explore the question of narrativity in the music videos emanating from the most consistently popular form of popular dance music in Sub-Saharan Africa.  Through a detailed analysis of images and words, I present the hypothesis that the creative use of generic conventions in popular music videos permits musicians to « hook » youth audiences, especially to the extent that this narrativity is able to make effective use of affect about national identity and belonging.


Pour l’amour du pays : Générations et genres dans les clips vidéo à Kinshasa, D.R.C.

Bob W. White
Université de Montréal

« Bambinga FARDC », un clip vidéo parmi des centaines de clips qui sont produits à chaque année à Kinshasa (R.D. Congo), est remarquable parce qu’il fait référence explicite à une situation politique, chose qui est extrêmement rare dans un contexte de musique populaire dominé par le romantisme et la frime.  Il est aussi intéressant parce qu’il s’insère dans la tradition récente de libanga (le lancement des noms des hommes de pouvoir en échange d’un soutien financier) sans rentrer dans un discours de soumission au pouvoir central de l’État.  Dans le blogosphère congolais le clip vidéo a été taxé de « rumba propagande », mais à Kinshasa le débat autour de la chanson soulève l’histoire derrière la production du clip, qui révèle une tension inter-générationnelle par rapport à la distribution équitable des ressources de l’État. Ce texte explore la question de la narrativité dans les clips vidéo du genre de musique populaire le plus aimé en Afrique sub-saharienne.  À travers une analyse des paroles et des images de la chanson, je présente l’hypothèse que l’utilisation créative des conventions génériques des clips vidéo permet aux artistes-musiciens d’accrocher l’oreille de l’auditoire-jeunesse en ayant recours aux aspects affectifs de l’appartenance et l’identité nationales.

Extraits du texte / Excerpts from :

Pour l’amour du pays: générations et genres dans les clips vidéos à Kinshasa, R.D. Congo, dans L’Afrique des générations : entre tensions et négotiations. Muriel Gomez-Perez and Marie-Nathalie Leblanc, eds. Pp 711-764.  Paris: Karthala.  2012.

Music Video
“Bambinga FARDC”
Les Léopards
a/c Lofombo Gode

 

Narrativité et intermédialité:

À travers une analyse détaillée des paroles et des images de la chanson, ce texte explore comment l’expérimentation avec les composants génériques des clips vidéo (narrativité, intermédialité) permet aux artistes-musiciens de Kinshasa d’attirer l’attention des mélomanes, surtout des jeunes, en leur proposant un message à la fois patriotique et revendicateur.

À travers l’expression d’un sentiment patriotique, certains musiciens de Kinshasa essaient de se rapprocher des jeunes en se distanciant des aînés.

 

 

Interpeller le pouvoir:

Critiques de la notion de « résistance » et le phénomène du libanga

5 stratégies:

  • Indifférence
  • Résistance ouverte
  • Discours indirect
  • Dérision
  • Éloge

 

 

« J’ai eu cette idée suite à l’exclusion que nos vieux nous font chaque année. On est des artistes ici au Congo, mais chaque fois qu’il y a un problème, le gouvernement ou les organismes internationaux veulent que les musiciens participent dans un projet pour faire entendre un message par la voie musicale. Malheureusement, souvent nos vieux s’intercalent, ils ne veulent pas que nous soyons là, cette fois-ci moi je me suis décidé de faire quelque chose à côté d’eux…parce chaque année il y a un projet et nous ne sommes pas là, … le public commence à oublier nos visages. Je suis allé à la télé pour demander à tous les artistes congolais qui voulaient venir avec moi pour chanter cette chanson-là.  Ceux qui ont répondu oui, ils sont venus et maintenant ça marche…».

Entrevue avec Lofombo Gode réalisée par David Nadeau-Bernatchez, à Kinshasa, en janvier 2009.

 

Genres et “hooks” dans les paroles:

  • « Oh, l’Est »
  • « Nous sommes tous derrières vous »
  • « Si tu vois un étranger dans ton quartier… »
  • « Pourquoi ça n’arrive qu’au Congo? »
  • « Nous on refuse »

 

Réactions dans le blogosphère congolais:

Le bloggeur Alex Engwete: « fanfaronnade douteuse », « rumba propagande »

« Cher Bely21, au fait, puisque tu le mentionnes, Maray Maray est le seul chanteur que j’ai reconnu sur ce clip (comment s’appelle encore le fils de Maray Maray, le petit chanteur métis?). C’est pitié, quand même, ce genre de propagande éhontée juste pour l’argent. J’aurais compris si c’était motivé par des idéaux patriotiques, comme ceux de Joseph Kabasele quand il chantait Lumumba. Bely21, honte à ta génération ! »  Posté par Alex Engwete, 04 février 2009 à 17:53

 

 

Propagande ou patriotisme:

Si on exclut les chansons produites dans le contexte des campagnes électorales, les hymnes nationales et les chansons de propagande des années 1970 et 1980, il y a une absence presque totale de chansons patriotiques dans la musique populaire congolaise.  Il ne s’agit pas de chercher à savoir si « Bambinga FARDC » est une chanson de propagande ou une chanson patriotique. Selon moi, elle est à la fois les deux : elle exprime l’ambivalence de l’imaginaire social de Kinshasa, déchiré entre la fierté et la honte, entre l’argent et les principes, entre le passé et le futur.

Dans la crise perpétuelle du contexte africain, et ce malgré tous les abus des régimes autoritaires en Afrique, le patriotisme fait partie du quotidien, surtout dans des contextes où les politiciens l’utilisent pour légitimer leur présence ou critiquer une position d’opposition à leur égard.

Cette version du patriotisme exprime l’angoisse non seulement d’être envahi mais d’être compromis, même si beaucoup de Congolais ont de la difficulté à imaginer qu’ils pourraient un jour se laisser emporter par la brutalité vécu lors du génocide du Rwanda.

En proposant un message patriotique, les artisans de cette chanson essaient de se rapprocher du grand public (qui ressent certainement beaucoup d’amour pour son pays), sans pour autant aliéner les gens du pouvoir: “Bambinga FARDC”

 

 

Paroles de la chanson “BAMBINGA FARDC”

(EXTRAITS)

(a/c Gode Lofombo)

 

Les sections de texte en italique sont parlées

 

Banduku yangu wote kule Est kule Goma (Swahili)      Compatriotes, où vous êtes dans l’Est, à Goma

Ma fashi yote muko tuko na nyiye                        Nous sommes avec vous           

Shiye banduku yenu ba musiciens tunaimbiya        Nous compatriotes, nous vous dédions cette chanson

Juu amani iingiye kule Goma                             Pour que la paix revienne là-bas à Goma 

Congomani uzima tumu soutenir FARDC             Que le Congo tout entier soutienne les FARDC

Juu kimia iingiye Congo yetu                             Pour que la paix revienne dans notre cher Congo

Bamama, batoto bana atsha ma nyumba              Les mamans et enfants ont abandonné leurs maisons

Banasouffrir juu ya vita ihi                               Ils souffrent à cause de cette guerre

Vita moya injuste                                             Une guerre injuste

Mungu asaidiye Congo yetu                               Que Dieu aide le Congo

Batoto bashikufe                                              Que cessent les massacres d’enfants

Congo ikuye na amani                                      Que le Congo retrouve la paix

 

 

Refrain 1 :

 

Président Kabila telema, Sénat, Parlement bosangana    Président Kabila debout, Sénat Parlement unis

Gouvernement sunga FARDC babatela ekolo        Aider les FARDC pour qu`elles défendent la nation

Président Kabila telema, Sénat, Parlement bosangana    Président Kabila debout, Sénat Parlement unis

Gouvernement sunga FARDC babatela ekolo        Aider les FARDC pour qu`elles défendent la nation

 

Refrain 2 :

 

Oh na Est (Ouest, Nord, Sud)                             Oh dans l’Est (Ouest, Nord, Sud)

Botika biyoka yoka tobundela ekolo                    Ne vous laissez pas distraire, battons-nous pour la nation

Bana Congo RDC                                            Enfants du pays Congo RDC

Toboya ba…tokoma vigilants                            Rejetons les manipulations, devenons vigilants

Soki bomeki na Kinshasa                                  Si vous osez faire la même chose à Kinshasa

Ekosimba te Tokoma comme élus du peuple         Ça ne marchera pas, nous sommes des élus du peuple

 

Solo :

 

Bana ya Congo totelema                                    Fils du Congo mettons-nous debout

Soki omoni mopaya na quartier na bino               Si tu vois un étranger dans ton quartier

Luka oyeba azali nani awuti wapi                        Cherche à savoir qui il est et d`où il vient

Tozala vigilants, vigilants…                              Soyons vigilants, vigilants…

Congo mboka bakoko batikela biso                     Ce Congo nous a été légué par nos ancêtres

Tokokabola yango jamais jamais na bapaya          Pas question de le partager avec les étrangers

 

 

Leave a Reply