Critical World
Thinking Globalization Through Popular Culture
La scène “world” de Montréal
Categories: Uncategorized

Ce projet est le fruit d’un d’une enquête ethnographique réalisé par Annick Beauvais, étudiante à la maîtrise à l’Université de Montréal, portant sur la scène de la musique du monde à Montréal.

Being “World” in Montréal

By  Bob White

Being World in Montreal“World Music,” a cultural commodity originating elsewhere and intended primarily for audiences in the West, organizes and is organized by local ways of thinking, acting and listening.  Talk about “world music”, not only by promoters, but also by artists and their various audiences, generally takes one of two forms.  The first is built around a language of universalism, now a platitude of all music that sets out to cross international borders.  It is the utopic vision of community that results from naïve erasure:  We are all just the same, music is a universal language, no matter what color your skin, we are all just the same.  The second language is one of hybridization.  This usually occurs when the artist articulates an identity that is both traditional and modern (or neither traditional nor modern).  While it is different from the language of universalism, it has a similar strategic flavor, since both of these discourses hide behind biological metaphors that yearn to rise above history and politics.

Recent scholarship on world music has shown that world music represents a certain number of dangers.  “Danger” not only because it is capable of reinforcing negative stereotypes about non-western cultures as “exotic” and “primitive”, but also to the extent that it gives the false impression that music on its own is capable of transcending racial intolerance, political differences and economic inequality.  As Denis-Constant Martin has argued, “World music is a dream, but it is also a market” (2002). The question that needs to be asked is how this market dream is articulated through the social and imaginary practices of particular listening publics.  While critical scholarship of the last ten years has focused a great deal of attention on the “global imagination” of world music consumers (Erlmann 1996, see also Feld, Taylor, Guilbault), only rarely has this phenomenon been situated in terms of particular local listening publics.  Louise Meintjes’ fascinating article about the reception of Paul Simon’s Graceland album is an important exception (see also White on Afro-Cuban music in the Congo), but we have yet to see fine-grained ethnographic analysis of listening publics in the West.

While Montreal is not particularly well known for its live music scene, this city has become a regional center of musical performance and production in the emerging area of world music and world beat.  Anecdotal evidence from musicians participating in the local live music scene in Montreal suggests an increasing reliance on the world music idiom as a means of attracting and keeping the attention of concert going publics.  “If you’re not world,” one local musician lamented, “you’re not in.”  This phenomenon must be situated in relation to a number of relatively recent institutional histories.  Primary among these histories is the story of Montreal as a city of festivals, beginning with the Montreal International Jazz Festival, which in the 1990s showed increasing interest in world music, and Les francofolies, a French-language international music festival that for purely demographic reasons has always depended on artists who are united more by colonial history than by linguistic practice.

Montreal also boasts a series of second-tier music festivals (for example Nuits d’Afrique) that rely on particular regional specializations to attract the greatly divided attention of summer audiences in Montreal.  But Montreal’s penchant for world music must also be seen in other, perhaps less visible manifestations, of its worldliness:  a bohemian artistic tradition helped along by cheap housing and the allure of francophone urban culture, a series of immigration policies that during certain periods has facilitated the arrival of immigrants from the poorer economies of the south, and the politics of multiculturalism in the context of a post-revolutionary Québec.

The perception that in order to achieve any degree of success in the local music scene musicians must integrate some degree of cosmopolitan exoticism is driven by discourses that are clearly universal:  diversity, hybridity, authenticity.  But what remains to be seen is the way that these particular discourses are activated by musicians’ perceptions of particular listening publics.  For example do musicians and concert goers distinguish between “world music” (music intended for foreign audiences) and “ethnic music” (music by and for a particular ethnic community)?  Does world music’s addressivity, one organized around an idiom of belonging through difference, enable new types of social activity and organization?  If so, what is the relationship between these listening publics and the places that they collectively imagine?  Or are they instead imagining something local?  Finally, how does the “stranger-sociability” (Warner 2002) activated by these publics interact with regional and/or national cultural identities?  What does it mean to be québécois and to be world?

 

 

“Carte Maison”-Sascha Daoud

“Carte Maison”-Yves Bernard”

-Galitcha

Sur la compilation de Musique MultiMontréal, 2002
Audio MP3

“Mekench Mouchkel”-Chango Family,

Audiogram 2002
Audio MP3

-Gitans de Sarajevo

Cœur du Lion 1999
Audio MP3

“Gomindi Iko”-H’sao

Milles-pattes 2003 | Information
Audio MP3

“Balagane”-Jescze Raz

Audiogram 2002
Audio MP3

Introduction

Par Annick Beauvais
Dans le milieu des arts, et plus particulièrement en ce qui a trait à la musique, nous pouvons entendre l’expression « scène » associée à différents styles, comme par exemple « scène hardcore » ou « scène alternative ».  Chez ses utilisateurs, l’expression « scène » définit ou rejoint un espace qui existe bien au-delà du simple lieu physique. Will Straw, professeur au département de Cultural Studies à l’université McGill de Montréal s’est intéressé à la notion de « scène » dans son article Scene and Sensibilities.
Selon lui, une «scène» peut se définir comme une “globalized virtual community of taste” (Will Straw : 2001 : 248) et possède certaines qualités d’ordre plus général qui sont : flexible, vivante et effervescente. Cette définition et ces quelques caractéristiques peuvent s’appliquer à plusieurs types de scènes dont les diverses scènes musicales. À Montréal, avec la quantité de musiciens et d’endroits qui se qualifient de « world » ou  de « musique du monde », nous pouvoir croire en l’existence d’une « scène de musique de monde » importante. Celle-ci semble exister dans l’esprit des gens, acteurs et public, à différents niveaux d’abstractions et chacun y fait des délimitations selon ses propres références. Ainsi, nous pouvons nous demander que définie le terme « scène » exactement, à quoi fait-il référence et est-il possible d’en tracer les frontières précises?Nous tenterons au travers des pages qui suivent de visualiser, de comprendre et de concrétiser les mouvements et les limites d’une scène musicale précise, dans ce cas-ci : « Scène musique du monde à Montréal » (inscrit dans le texte « scène MMM »).
Pour se faire, il est nécessaire de faire l’analyse du concept abstrait de la « scène de musique du monde à Montréal», de retracer quelques moments historiques importants, de présenter la visions de membres actifs et finalement de procéder à la catégorisation de lieux et d’événements précis, représentants concrets de cette « scène ».

 

“Tam-Tam Jam du Mont-Royal”

 

Montréal et sa « scène musique du monde »

Par Annick Beauvais

 Montréal et sa « scène musique du monde »Les limites possibles de la « scène MMM »Comme les « scènes» sont « geographically specific spaces for the articulation of multiple musical practice » (Straw :2001 :249), il est nécessaire de tracer certaines limites d’un point de vue géographique. À Montréal, bien que la « musique du monde » se retrouve à la grandeur de l’île, il semble exister un quadrilatère dans lequel se concentrent les activités principales.  Celui-ci se situe entre les rues Ste-Catherine  au sud, Jean-Talon au nord, Avenue du Parc à l’ouest et Papineau à l’est. (Voir Annexe 1).Cependant, tracer des limites géographique ne constituent qu’une façon de délimiter une « scène ».  L’autre façon  est de comprendre et de faire ressortir ses limites abstraites, c’est-à-dire analyser les limites qui sont créées mentalement.  Ces limites se forment selon ce que l’on inclut ou ce que l’on exclut comme faisant partie de cette scène.  Will Straw cité dans Gerstin (1998 : 388 ) décrit les scènes comme suit :

…fluid “cultural spaces” characterized by “the building of musical alliances and the drawing of musical boundaries” (1991 :373).  For Straw, underlying “logics” of inclusion and exclusion control the drawing of boundaries and thereby constitute scenes.

Concernant la « scène MMM », il est possible d’avoir différentes perceptions, toujours en relation avec ce qui est inclut ou exclut. Voici quelques exemples de visions de la « scène MMM » auxquels nous avons ajouté un qualificatif ou un nom selon les limites variables créées.

Scène générale : Cette façon de percevoir la scène MMM inclut toutes les manifestations et tous les endroits où il y a de la « musique du monde ». Il s’agit d’une vision large et vaste.

Scène underground : On inclut ici toute la « musique du monde » qui n’est pas médiatisée ou commercialisée.  On peut retrouver les fêtes dans les maisons privées, les salles de répétitions, les taxis, les marchés, les restaurants, les chapelles, les églises, les boutiques spécialisées, etc.

Scène world  ou  plateauïsée  : Cette scène inclut une « musique du monde » au sens plus commercial et métissé.  Elle est organisée et arrangée pour répondre aux goûts des Québécois de souche et exclut les manifestations dans une perspective multiculturelle. Le Plateau est un quartier branché de Montréal où se retrouvent principalement les endroits et le public de cette scène. En ce sens, « scene are calculated and reconfigured as opportunes occasions for investment and the creation of consumers » (Blum 2001 : 25).  Cependant, il est difficile de tracer des frontières précises car la seule considération de l’existence d’une telle scène nous pousse à une réflexion plus large sur l’opposition possible entre ce qui est « world » et ce qui est « multiethnique ». Ainsi, puisqu’il est possible de comprendre à la fois ces deux tendances comme étant dichotomiques ou au contraire comme étant complémentaires et intégrées l’une à l’autre, nous pouvons repérer des endroits qui correspondent à l’une ou l’autre des catégories, mais ses frontières demeurent floues.

Scène officielle : La scène « officielle » inclut les manifestations qui sont médiatisées ou reliées à une démarche de l’industrie.  Font partie de celle-ci les intervenants, les médias, les festivals, les magasins de disques, les différentes salles.  Dans le chapitres 4, les différents lieux et événements correspondent à celle-ci.

Lorsque nous tentons de comprendre la « scène MMM » nous nous retrouvons aussi face à une autre réflexion qui est celle de la définition même de la « musique du monde ».  Comment comprendre la scène MMM si les références sur la « musique du monde » en elle-même sont différentes ?  La scène est différente pour quelqu’un dont la « musique du monde » se reconnaît par sa saveur traditionnelle non-occidentale et pour un autre qui inclut toutes les formes de métissage.  Sans égard aux différentes définitions possibles, nous avons choisi dans la section “scène concrète” des endroits qui se qualifient, qui utilisent ou s’associent au terme « musique du monde ».

Éléments essentiels et particularités montréalaises

Malgré les différentes visions possibles de la visualisation générale d’une scène, certains éléments, qui constituent des éléments de base, se retrouvent à chaque fois quand il est question de la « scène MMM », qualifiée précédemment de scène officielle.  Il s’agit des musiciens, de lieux précis, d’évènements et festivals, de l’industrie et du rôle des médias. À Montréal, certains de ces éléments, lieux, événements et musiciens, représentent même quelques particularités de la ville.

Pour les musiciens, la particularité première de Montréal est la proximité avec les musiciens des multiples communautés ethniques et la possibilité de rencontre entre ceux-ci (répertoriés environ 1500).  La ville permet aussi une facilité d’accès aux connaisseurs de la musique de « souche ». De plus, si la « musique de monde » est à ce point présente à Montréal, c’est en grande partie grâce à la rencontre des musiciens depuis les années 70. Le cas des « papis » représente bien l’un des premiers exemple ou des québécois de souche ont intégré un langage multiethnique.  En effet, ces quelques musiciens (Normand Bock, André Dupuis et André Martin) qui sont aujourd’hui la référence en matière de musique latine à Montréal, ont suivi des cours intensifs de musique latino-américaine avec Don Allias dans les années 70-80. Dans l’articulation de la scène, dans sa transformation, la rencontre et l’échange entre les musiciens sont des éléments encore aujourd’hui très importants. Selon Eric Breton (voir chapitre 3), musicien actif de la scène, c’est par cette rencontre aussi que se créent les mélanges et l’hybridisation musicale qui font que la scène tend à s’élargir et à toujours repousser ses limites.  De cette façon, ce qui fait partie de la scène est en continuel changement selon les nouvelles références et la scène en elle-même reste toujours flexible.

Une autre particularité de la ville de Montréal est en lien avec la quantité de lieux et d’événements qui s’y tiennent à chaque année.  Cette effervescence annuelle au niveau des multiples festivités rend l’accessibilité à la « musique du monde » très grande. Elle existe « gratuitement » dans la rue et dans les parcs grâce aux nombreux événements, ce qui ne la réserve pas à une élite particulière.  D’ailleurs c’est peut-être ce qui fait, associé à la grande diversité musicale de la scène, qu’il est difficile de présenter un public cliché ou précis.  Pour le public fanatique de « musique du monde », cette accessibilité constitue la particularité ou la qualité principale de Montréal.

 

 

Survol des moments historiques de la scène « musique du monde » de Montréal

Par Annick Beauvais

 Survol des moments historiques de la scène « musique du monde » de Montréal.Pour ce qui est de l’historique de la « musique du monde » à Montréal, nous avons rencontré Yves Bernard, journaliste dans ce domaine depuis plusieurs années.  Il agit ainsi à titre d’informateur privilégié pourcette section.  Des informations complémentaires sont disponibles sur la page web suivante : www.cjtm.icaap.org/content/17/v17art.3.
Selon Yves Bernard, les trois étapes à l’origine de la « scène de musique du monde » actuelle sont les suivantes : les différentes vagues d’immigrations qui ont amené plusieurs musiciens, l’éveil de la population québécoise à la musique des différentes communautés culturelles et finalement la rencontre entre les deux.  De plus, lorsque nous parlons de l’origine de la scène MMM, il faut suivre l’historique et l’évolution des principaux éléments contenus dans celle-ci.  Ces éléments sont les évènements, l’ouverture de différents lieux, les musiciens, les compagnies de production et les médias.

Les années 70 : Contexte et éléments du développement de la scène « world »
Mots clés : underground, désorganisée, tendance, mouvance, éveil

Dans les années 60, alors que la musique populaire québécoise était en pleine expansion, l’intérêt vers les musiques d’ailleurs était surtout en relation avec la danse internationale. Pour la population québécoise, l’événement qui a permis un certain éveil et un premier contact réel avec les autres cultures fut l’expo 67, qui regroupait des musiciens de plusieurs pays.  En plus de cet évènement, les différentes vagues d’immigrations constituent un aspect important du développement des « embryons » de la scène MMM. On préfère parler cependant à cette époque de tendance ou de mouvance car si plusieurs musiciens d’origine multiethnique vivent à Montréal, ceux-ci se réunissent chacun de leur côté, ce qui ne permet pas encore de parler d’une véritable scène.

Plus dans le côté est de la ville, on retrouve des musiciens africains qui sortent dans la rue pour faire de la musique avec différents instruments. Il y a aussi Michel Séguin, personnage important dans le développement de la scène, qui revient de nombreux voyages en rapportant avec lui un bagage musical « world ». En 74-75, le groupe de Michel Séguin « Toubabou » sort un hit de rock-afro qui connait un grand succès : Yamanek.  Il s’agit en fait du premier succès commercial d’une pièce d’inspiration « world » dans ce cas-ci , africaine.  C’est dans ces années aussi que débutent les « tam-tams jams » du Mont-Royal (voir photo en Annexe 2), qui sont à l’époque un événement culturel et communautaire d’ateliers style par style des différentes cultures.

De l’autre côté de la ville, plus à l’Ouest, la communauté haïtienne commence à s’organiser et fonde la Maison d’Haïti et le Bureau de la communauté haïtienne, permettant ainsi à ses membres de se réunir et de faire des soirées communautaires où l’on retrouve de la musique.  Dans ce même côté de la ville, est aussi organisée une fête avec des artistes de musique des caraïbes, la « Carifête ». Même si les fêtes communautaires multiculturelles existaient déjà, cet événement est dans les premiers de ce genre à regrouper des musiciens de différentes origines.  Deux autres événements vont favoriser « l’éveil multiculturel » pour les québécois.  Il s’agit de la Super Francofête de 1974 qui accueille des gens de la francophonie mondiale et des jeux olympiques de 1976, où les organisateurs doivent trouver des musiciens d’ici pour interpréter de la musique.

Bien qu’il existe pendant ces années quelques événements ou pratiques isolés de « musique du monde », il n’est cependant pas encore possible de parler d’une « scène officielle ».  Selon les délimitations établies au chapitre 1, il pourrait s’agir d’une scène MMM underground »

Les années 80 et la rencontre
Mots clés : émergence, métissage, évènements, nouveaux médias

Au plan international (surtout en Europe), il y a, dans les années 80, l’émergence d’un intérêt pour les « musiques du monde » appelées à ce moment « sono-mondiale » car le terme « musique du monde » n’est pas encore utilisé :  «  world music, ces mots sont apparus à la fin des années 80 » (Martin 2001 : 1) . La Radio Nova et la revue Actuelle présentent des artistes multiethniques. Parallèlement, à Montréal, certaines communautés, (Brésil, Cuba, Haïti) qui auront une influence sur le développement ultérieur de la scène, deviennent plus importantes.  S’ajoutent à ce contexte les trois phénomènes principaux quant à l’émergence de la scène qui sont le goût de musiciens québécois de jouer de la musique ethnique, l’ouverture de bars et de salles de spectacles et la mise en onde de différentes radios communautaires intéressées par les sonorités du monde.  Ces phénomènes représentent bien aussi les trois éléments souvent rattachés à une scène qui sont les musiciens, les lieux et les médias ou promotion.

L’idée de la « musique du monde » était jusqu’à ces années plus rattachée à la musique d’ailleurs ou à la musique des différentes communautés ethniques (surtout afro-antillaise, africaine et sud-américaine).  Pendant les années 80, ce sont des musiciens québécois qui commencent à s’y intéresser, suivant la vague de Michel Séguin, et forment quelques groupes, tout en restant encore dans l’underground. C’est dans les années 80 que l’on retrouve aussi l’ouverture de bars plus spécialisés comme le Ballatou (entre 1983 et 85).  La majorité des bars qui ouvrent se situe dans ce qui deviendra le quadrilatère « world ».

Au plan médiatique, certaines radios communautaires comme CKUT, CIBL et Radio centre-ville commencent à diffuser des émissions sur différents styles de « musique du monde ».  Radio centre-ville propose même des émissions dans différentes langues.  D’autres nouveaux médias (1982) suivent le même courant comme le Voir et le Mirror.  Un producteur de spectacle important, Patrick Darby de la compagnie Traquenard, va même faire une grande promotion entourant le spectacle de Touré Kounda à Montréal.

En 1983 se tient le Carnaval du soleil, festival basé dur les musiques antillaises, qui a réuni entre 30 et 40 groupes de musique, ce qui représente encore un grand nombre pour l’époque.  Cet événement a duré environ 10 ans.  Une autre fête, « les Rythmes du monde » montée par Koko Aryarteteifi, réunit des musiciens locaux et internationaux de différentes cultures qui ne sont pas principalement afro-antillais comme le Carnaval du soleil et la Carifête. Ce festival a duré lui-aussi pendant une dizaine d’années.  Il semble que même si la programmation de ces événements était diversifiée, les membres des différentes communautés ne restaient principalement que pour voir leur musique.  Vers la fin des années 80, émergent aussi une série de festivals qui sont aujourd’hui très importants comme les Nuits d’Afrique et le festival de jazz de Montréal qui propose une scène tropicale.

Les années 90 :  Élargissement du « monde »
Mots clés : diversification, commercialisation, médiatisation, métissage, expansion

Ce qui caractérise le rapport avec l’idée de la « musique du monde » pendant les années 90 est sa diversification.  En lien avec les évènements historiques comme la chute du mur de Berlin et le démentellement de l’URSS, ainsi qu’avec les nouvelles vagues d’immigration qui s’en sont suivies, le rapport avec l’Autre et la conception de ce qui est « world » se sont élargis.  Dans la « musique du monde », on inclut maintenant des musiques de l’Europe, comme par exemple les musiques tsiganes.

Le phénomène premier des années 90 est le métissage et les échanges interculturels entre des gens plus connus de la scène musicale.  Eval Manigat (fin 80) organise des « jams » interculturels et multilingues dans sa coop située au-dessus du Santropol actuel, ce qui aura pour effet de réunir différents musiciens et d’augmenter l’intérêt collectif pour cette musique.  Se développe aussi un autre courant; le pop-multiethnique avec des artistes comme Luck Mervill.

La production discographique qui avait commencé de façon plus underground dans les années 80 prend plus d’expansion.  Certaines petites compagnies voient le jour et les « jams » d’Eval Manigat donne naissance au premier disque de musique africaine enregistré au Québec, celui de Ya ya Dialo. Il y a aussi la fondation de Musique Multimontréal par Liette Gauthier.  L’idée de cet organisme est d’intégrer les artistes de toutes les cultures et de monter des « vitrines musicales » (plus fréquemment nommées « showcase »)pour permettre à ces mêmes artistes de se faire connaître.  Les gens de Musique Multimontréal se déplacent dans différents lieux de la ville pour entendre le plus d’artistes possible et faire ainsi du repérage.

Au plan médiatique, s’ajoutent aux émissions des radios communautaires, des émissions à la chaîne culturelle de la radio nationale de Radio-Canada. On peut donc retrouver des émissions comme «Des musiques en mémoires » et «  musique des nations » .

 

Différentes visions

Par Annick Beauvais
Ce chapitre fait un survol des visions différentes de la « musique du monde » et de la scène MMM de trois membres impliqués dans cette scène ; deux musiciens et un journaliste.  Ils proposent à la fois leurs idées ainsi qu’une visualisation de la scène sous forme de « carte maison ».  Les informations proviennent d’entrevues d’une durée 2 à 3 heures réalisées à Montréal pendant l’été 2003.

Éric Breton; percussionniste

Éric est un percussionniste très actif dans le milieu de la musique du monde à Montréal. Il joue dans plusieurs groupes dont Caramba, Perdu l’nord, Chandra lua, Vesse du loup, Lousnak, Amalgama, Moïra et Absinthe.

Tous ses groupes s’intègrent dans une démarche de musique du monde au sens où il l’entend, c’est-à-dire: musique qui prend sa source dans une racine traditionnelle mais qui la rend hybride et métissée en y ajoutant divers éléments. La musique du monde est en quelque sorte “le goût et l’intérêt de découvrir l’Autre et de faire des échanges”.

Le discours d’Éric est celui de la création de la « musique du monde » par l’échange. Il ne mentionne à aucun moment l’appropriation. Le goût de l’exotisme est considéré comme quelque chose de positif.

Selon lui, tous les endroits qui permettent une ouverture vers l’Autre, vers ce qui est différent de notre culture fait partie de la “Scène musique du monde”.  La scène musicale de Montréal tend à s’élargir de plus en plus et repousse ses limites grâce aux nombreux mélanges.  Toutes les musiques ethniques et métissées et tous les endroits qui permettent la diffusion de ces musiques font partie intégrante de la scène.  On ne peut associer le terme de communauté à cette scène puisqu’elle implique trop de gens.  Le principal lieu commun au sein du public est le « goût et l’intérêt pour l’Autre ».

Dans cette conception, le point central est la performance « live » de « musique du monde ».  C’est à partir de ce point que la scène MMM peut prendre forme et que s’articulent les différentes pratiques.  Les mouvements se font dans les deux sens. Les artistes qui performent sont au centre et les autres éléments gravitent autour et s’interinfluencent.  En ce qui concerne le public de la musique du monde, il n’y a pas de public particulier.  Il remarque cependant l’existence d’un public très spécialisé ou intéressé à une culture en particulier et, à partir de ce centre, les niveaux d’intérêts peuvent êtres variables entre chaque individu.
Sacha Daoud; batteur et percussionniste

Sacha est né à Montréal de parents d’origines syrienne et brésilienne.  Il est membre de différents groupes dont Gaïja, Mandinga , Salam et il joue aussi avec Paulo Ramos.

Pour Sacha, la démarche de « musique du monde » comme musicien est celle d’intégrer des éléments d’une autre culture à sa culture, et celle de curiosité. Le fait de s’approprier des sonorités, des rythmes, des mélodies d’autres origines est positif s’il est fait dans le respect et l’intégrité. De cette façon, les différentes communautés culturelles peuvent ainsi ressentir un sentiment de fierté à voir d’autres communautés jouer leur musique.

Les points centraux de la scène pour Sacha ( qui est un batteur) sont les rythmes. Tout part d’un rythme de base « quasi universel » et de ses différentes variations ethniques.  Il y a un point central de la scène qui est la montagne, mais la « musique du monde » existe de façon étendue sur toute l’île.

La scène se retrouve partout où les gens peuvent voir des performances de « musique du monde ». Selon Sacha, plusieurs éléments représentent des particularités de la « scène MMM ».  Tout d’abord, le contexte multiethnique de la ville permet le contact entre les cultures, la proximité avec l’Autre et l’accessibilité aux différentes souches, aux connaisseurs.. Ensuite, la scène n’est pas “ghettoïsée”, contrairement à d’autres scènes. Elle est partout dans Montréal et tout le monde peut y avoir accès de différentes façons. De plus, elle est mouvante et en constants changements, contrairement à la démarche des musiciens de folklore québécois qui est considérée comme hermétique et sectaire.  Elle reste cependant marginalisée en ce sens qu’elle ne fait pas partie de la culture de masse dominée par Québécor et les autres. Ces derniers ne laisse pas de place dans les lieux de diffusion médiatiques, radio et télévision, à la « musique du monde ».  La culture de masse reste donc monopolisée et « white ».

Yves Bernard : journaliste

Yves Bernard est journaliste au journal ICI de Montréal.  Il a fait partie de l’organisme Musique Multi Montréal et a travaillé pendant plusieurs années à la radio de CIBL.  Il s’intéresse à la « musique du monde » depuis ses débuts à Montréal.

Musique du monde : Étant conscient de l’état contesté et flou de l’utilisation du terme « musique du monde », Yves l’utilise un peu à défaut d’en avoir un meilleur.  Il inclut tout, c’est-à-dire tant les différentes musiques traditionnelles, que rituelles, que populaire, etc. La « musique du monde » peut être à la fois la musique d’une communauté pour elle dans son contexte (ex. moines tibétains), qu’une musique migrante, qu’une musique de métissage (de sono-mondiale à Chango family).  Il inclut même la musique électronique qui s’approprie certains échantillons « world ».

Dans ce graphique, ce qui est en plus foncé représente là où il y a de la musique, c’est-à-dire partout sur l’île.  Cependant, Yves délimite un quadrilatère central et certaines régions particulières.

Il existe différentes façons de regarder la scène MMM
–    par les musiciens (répertoriés 1500 à Montréal), dans ce cas-ci toutes les manifestations musicales sont incluses.
–    par genre; on sépare traditionnelle, rituelle, classique, populaire ou par région ou nation
Lui préfère parler d’une « vieille scène » qui correspond à la scène underground et d’une « scène officielle ».

La scène officielle de façon concrète

La scène officielle de façon concrèteLes principaux lieux
Voici une liste des principaux lieux qui font partie de la scène MMM.  Cette liste n’est pas complète, mais propose plutôt plus un survol général.Pour danser…-Bobards 4328 St-Laurent
-Bélyza 431 Rachel est
-Bar St-Laurent : 5550 St-Laurent
-Diable vert 4557 St-Denis
-Zazbar 4297 St-Denis

Pour voir des spectacles…

-Salles de spectacle qui se spécialisent dans la diffusion d’artistes de « musique du monde ».
Balattou club 4372 St-Laurent
Kola Note 5240 du Parc
Maisons de la culture

-Présentation aussi d’artistes de « musique du monde » mais dans une ambiance plus bistro ou café.
Café Sarajevo 2080 Clark
Cavalier Afghan 170 Prince-Arthur E
Camellia sinensis  351 Emery
Cigare du pharaon 139 St-Paul ouest
Va-et-vient 3706 Notre-dame ouest
Café l’Utopik 552 Ste-Catherine est

-Bars qui servent à la fois de lieu de spectacle et de danse.  Ils ont à la fois des D.J. et des groupes invités.
Bélyza
Bobards

Pour posséder…
-Magasins de disques généraux avec une section « world »
Archambault
HMW
L’échange
-Magasins « tout world » : objets, instruments, vêtements
One World St-Denis
Farafina 230 Rachel est
L’original international inc. 131 Mont-Royal E

-Magasins et fabricants d’instruments
Italmélodie
Steve’s music

Pour apprendre…
-Écoles de danses
Capoeira :
Pau brasil 55 Mont-Royal E
École de Capoeira brésilienne 7080 Hutchisson

Flamenco :
Académis flamenca de Montréal : 24 Mt-Royal E
Club espagnol : 4388 St-Laurent

Salsa et meringue:
École de Salsa etc 24 Mt-Royal E
Académie de Salsa de Montréal 4445 A St-Laurent
Cactus 4461 St-Denis

Danse Africaine
Afrique en mouvement 910 Jean-Talon E

Tango :
Académie de tango argentin 4445 St-Laurent
Tango libre  1650 Marie-Anne E
Tangueria 5390 St-Laurent
Divers :
Sortilèges danses du monde 936 Mt-Royal E

-Ensemble dans institutions scolaires
Atelier Gamelan  Giri Kedaton à l’Université de Montréal

Les événements

Tout au long de l’année, il existe à Montréal une série de festivals et d’événements qui proposent des artistes musique du monde.  Certains existent depuis plusieurs années et de nouveaux se rajoutent annuellement.

-Festivals
Nuits d’Afrique :Festival qui se tient principalement au Balattou, au Kola note et au Spectrum et au parc Emilie-Gammelin.  Ce festival existe depuis 1987 et à l’été 2003, plus de 21 pays étaient représentés.

Festival de musique du Maghreb Festival qui existe depuis 12 ans.  Les spectacles se tiennent au Kola Note.

Francofolies et Festival de jazz de Montréal Festivals qui se passent pendant l’été dans les rues de Montréal et qui ont des scène « world »

Festival des musiques et du monde festival organisé par Musique multi montréal pour promouvoir les artistes locaux de musique du monde.

Festival « Origines » Première édition de ce festival cet été 2003.  Quelques groupes par semaines pendant un mois au bar le swimming sur St-Laurent.

-Événements
Tam-tam du Mont-Royal : Événement qui a lieu à tous les dimanches de l’été sur la montagne du Mont-Royal.  Les gens se réunissent près de la statue centrale pour jouer des tam-tams (djembe) et pour y vendre des bijoux, akis, vêtements, etc.
(voir photo en annexe 2)

Café campus : Salle qui propose à chaque semaine des spectacles bénéfices divers (ex. oxfam, reporter sans frontière, Commerce équitable, etc.). Ces concerts sont souvent associés à des groupes de « musique du monde » de Montréal.

Théâtre de la verdure : « musique et traditions du monde » Tout l’été le théâtre de la verdure présente des spectacles dont une grande partie de « musique du monde.

Les médias

-Télévision : À la télévision, la « musique du monde » est encore très peu représentée.  Il y a eu une émission avec le nom de « musique du monde » à la télévision de Radio-Canada  à l’été 2003 mais très peu d’artistes de la scène MMM étaient présentés. Dans les années 1990,  il y avait cependant un « talk-show » du nom de Beau et Chaud qui présentait des artistes de la scène locale.

-Radios

Radio-Canada  www.radio-Canada.ca

*Des musiques en mémoire : Samedi 12h00 (100.7)
musiques traditionnelles de partout à travers le monde

*Géo-musique jeudi 21h30 (100.7)
musiques en lien avec des lieux précis

*Bachibouzouk : samedi 20h05 (95.1)
Musiques multiculturelles

CISM  89.3 www.cismfm.qc.ca

Plusieurs émissions sur des styles spécifiques de musique du monde

-latino : samedi 13h00 à 17h00
-Tango : lundi 15h00
-Volet haïtien : samedi 9h00 à12h00
-Reggae : dimanche 14h00 à 15h00
-Moyen-orient : dimanche 16hoo
-tropicale : dimanche 12h00

CKUT 90.3  www.ckut.ca

Plusieurs émissions comme à CISM

-Latin music : dimanche 19h00
-Basabasa soukous : mardi 9h00
-Folksroots : jeudi 9 h00
-World skip the beat : lundi 12hoo
-West indian rythm : samedi 16hoo
-Roots rock reggae : dimanche 1h00

Radio centre-ville 102.3 www.radiocentreville.com

Il s’agit d’un média appartenant à diverses communautés.  La programmation est à la fois en français, anglais, créole, portugais, chinois, espagnole et grec.

Les émissions en français sur la « musique du monde » sont les suivantes

-Rythme soleil : lundi 15h00
-Planète Montréal : tous les jours de la semaine 16h00
-Tangoloco : mardi 13h00
– Salam Bagdad : dimanche 22h00

CFMB 1280 AM www.cfmb.ca
Un autre poste où toute la programmation est multiethnique et multilingue.

L’industrie et les artistes

Il existe à Montréal diverses compagnies qui produisent des artistes de « musique du monde ».  Voici une liste les compagnies principales avec quelques-uns de leurs artistes.  Les extraits sont disponibles sur le c.d. et les titres en annexe 3.

Audiogram :  un des « majeurs » (major) québécois.
1.Lhasa de sela : première artiste immigrante à se faire produire par une compagnie importante et à avoir un succès à l’étranger.
2. Chango Family : groupe de 11 musiciens pour la majorité d’origine québécoise.  Musique de « révolution dans la fête » (Yves Bernard)
3.Jeszcze Raz

Milles-pattes : compagnie autrefois spécialisée dans la musique traditionnelle québécoise qui change sa vocation pour la rendre plus « world ».
4.H’sao

Musicomptoir :
5. Lilison di kinara : artiste de la Guinée-Bissau

Cœur de lion :
6. Les Gitans de Sarajevo :
Musique Multi Montréal :
Les informations plus précises concernant cet organisme proviennent d’une entrevue réalisée avec Andrés Ocampo lors de l’été 2003.

Cette compagnie se spécialise uniquement dans le domaine de la « musique du monde » et en fait même en quelque sorte son mandat.  Elle existe depuis 13 ans et produit à la fois des spectacles et des albums.  Pour être considéré comme « musique
du monde », la musique des différents groupes doit posséder certaines caractéristiques qui sont les suivantes :
–    Doit être inspirée d’une tradition non-occidentale
–    Doit être à l’extérieur du « mainstream »
–    Doit posséder un minimum d’éléments traditionnels

Les buts de l’organisme sont de promouvoir une « culture de la différence » en produisant des musiciens moins connus, certains immigrants récents et la musique savante non-occidentale. Losrqu’un style musical devient trop commercialisé (comme par exemple la salsa, le reggae ou le hip hop), il perd sa connotation de « musique du monde ». L’organisme sort à chaque année une compilation promotionnelle des artistes qu’il a produit en spectacle.

7. Galitcha : musique indienne métissée

La position de Musique Multi Montréal par rapport à la « Scène musique du monde » dénote quelques ambiguïtés puisque l’organisme prône à la fois la découverte et le métissage culturel tout en y imposant certaines limites précises de style.

En conclusion, nous pouvons dire grâce aux différentes analyses et au repérage concret des éléments de « musique du monde » dans Montréal, qu’il existe bel et bien un espace que l’on peut nommer de « scène de musique du monde de Montréal ».  Cet espace se délimite géographiquement mais aussi de façon abstraite selon ce que les gens incluent ou excluent. Concernant la «scène officielle», plus facilement identifiable grâce à sa commercialisation, Montréal possède certaines caractéristiques qui lui sont propres. Il s’agit principalement de l’accessibilité qu’elle offre au niveau des musiciens et des événements. Ces particularités se forment depuis les années 70 et la «scène» continue de s’élargir à chaque année.  En 2003, les membres actifs de cette scène, musiciens et journaliste, possèdent des visions différentes de la «scène», tant conceptuellement que visuellement, mais dénotent tous certains éléments essentiels qui sont les musiciens, les lieux, les événements, les médias et l’industrie. En procédant à une catégorisation et à une énumération, il est possible de repérer concrètement et physiquement tous ces éléments présents dans la ville.  En fait, l’élaboration de l’ensemble de toutes ces étapes nous donne une vision assez représentative de la “scène MMM”.

Cependant, puisqu’il est possible d’analyser et de percevoir la scène de tant de façons différentes, nous pouvons nous demander s’il en est ainsi à cause du caractère variable et contesté de la définition même du terme « musique du monde » ? En fait, est-ce que toutes les musiques et toutes les pratiques, en pleine période de globalisation ne seraient pas en train de devenir « du monde » rendant la tâche un peu utopique ?

 

 

 

Leave a Reply